Cette  page relate les journées du 17 au 19 septembre 2021 en Centre Bretagne où nous avons eu l’honneur d’ériger une stèle à la mémoire de René Panhard sur les terres de ses aïeux

 Nous sommes soutenus par la fédération des clubs Panhard&Levassor qui regroupent 18 clubs dont 8 clubs étrangers soit environ 2300 adhérents, les municipalités de Loudéac, La Prénessaye, le Département des Côtes d’Armor et la communauté de communes  « Loudéac Communauté ».

Voici le compte rendu de ces 3 jours en Centre Bretagne

  • 17-18 et 19 septembre 2021

Vendredi 17 septembre:

A partir de 9h30, les Panhardistes avec leurs voitures anciennes étaient accueillis à Pontivy (ex-Napoléonville), sur le square Lenglier . Les voitures étaient garées tout autour de l’église saint Joseph*.

Les nombreuses voitures venues de partout et un bus Chausson de 1959 à moteur diésel Panhard, venu par la route à partir de Chelles au nord-est de Paris (Moteur 650000 Km. et jamais ouvert) étaient en exposition jusqu’à 16h30 et le public avait tout le loisir de les admirer.

Pontivy qui avait une concession Panhard dans les années d’après guerre n’avait jamais connu une telle concentration de véhicules de la marque.

  Madame Le Strat, maire de la ville nous accueillait dans sa ville qui nous avait réservé le beau parc arboré du Square Lenglier. Elle nous fit l’honneur d’une visite de notre petit musée ambulant, admirant toutes les des voitures et sa montée dans le bus lui rappela des souvenirs d’enfance. Son allocution de bienvenue alla droit au cœur de l’assemblée et nous avons apprécié le offert  vin d’honneur offert par la municipalité.

Le déjeuner pris en plein air sous un beau ciel clair fût plein d’entrain avec les multiples retrouvailles des Panhardistes venus de toutes part, de Suéde , d’Angleterre et de Belgique par la route, des Pays Bas et de tout l’hexagone.

Guy Jouan, pontivyen , membre du bureau de PCH et fils de l’ex-concessionnaire Panhard de Pontivy, nous avait préparé un bon programme sur sa ville riche en histoire.

* Eglise néogothique construite grâce à une subvention impériale accordée par l’Empereur Napoléon III lors d’un séjour pontivyen, l’église St Joseph fut construite au coeur du quartier napoléonien de la ville, sur les plans de l’architecte parisien Marcellin-Emmanuel Varcollier, entre 1863 et 1867. La subvention impériale se trouvant épuisée à cette date, les travaux furent interrompus et l’église resta inachevée. La flèche prévue pour couronner la tour-clocher ne fut jamais réalisée. Entre 1991 et 1994, des vitraux contemporains ont été réalisés et colorent l’édifice d’un nouveau souffle.

Parenthèse consacrée à Guy Jouan  

Il a mis à notre disposition des documents et des photograhies concernant la concession Panhard de Pontivy (Morbihan)

Tout d’abord, il a retrouvé les lieux exact ou des clichés avaient été pris en 1963 lors de la sortie du Break PL17. Ces photos figurent dans une parution publicitaire des Ets Panhard de l’époque.

Il nous a permis de dupliquer quelques pages de cette brochure publicitaire qui comportait une page pour chaque jour de la semaine. D’autre photos ont été réalisées en Bretagne, notamment dans les alignements de Carnac dans un document publicitaire de 1965 qui présentait les dernières évolutions disponibles sur la PL17 (le poste à transistors, le coupleur électromagnétique Jaeger, les ceintures de sécurité etc…)

Page de garde du livret publicitaire édité à l’occasion du lancement du Break PL17 en 1963

 Nous avons réalisé une mise en scène pour faire une photo sur le même lieu en 2021 soit 58 ans après. La façade du magasin n’a pas changé mais l’activité du commerce est différente. 

Photo prise rue du Fil à Pontivy en 1963, c’était à l’époque un magasin d’instruments de musique.

Photo de septembre 2021 dans la même rue Amiral Coudé à Pontivy

Autre cliché de la PL17, rue Amiral Coudé à Pontivy

La concession Panhard de Pontivy a existé de 1950 à 1965 rue Quinivet.  Monsieur Jouan, le père de notre ami Guy a monté et fait prospérer la marque en Centre Bretagne. Lorsque Citroen a acquit la majorité chez Panhard, Mr Jouan s’est tourné vers Ford que la famille Jouan a développé brillamment.

Dernière page de l’opuscule. Remarquez qu’il a été tamponné  en 1963 par le concessionnaire Jouan de Pontivy.

La saga Jouan/Panhard à Pontivy dans les années 1950/1960.

Notre ami Guy, pose fièrement sur ces trois photos (C’est le jeune homme en tenue de pompiste sur la photo du centre).

Après le vin d’honneur, offert par la municipalité, nous avons déjeuné dans le parc Langlier, à proximité de nos voitures, pendant que les badauds se promenaient avec le portable à hauteur des yeux.

Autocar CHAUSSON APH 2-522 n° 598 Construit en 1959, il a été mis au repos en 1987 et donné à l’AMTUIR en 1989.

Caractéristiques techniques: Capacité : 45 places assises + 10 strapontins

Moteur: PANHARD Diésel 4HL3 de 110cv   Ce moteur n’a jamais été ouvert et il a parcouru 650000 Km. 

Boite: RENONDIN manuelle 5 AV + 1 AR Vitesse : 80 km/h.

 Puis vient l’heure des visites guidées de l’ex-Napoléonville, les monuments impériaux, le Château des Rohan, le Pontivy moyennageux et les flâneries le long du canal. Le bus de 1959 fera le transport des visiteurs du Château des Rohan au square Langlier.

Nous quittons Napoléonville avec un défilé à travers la ville.

A propos, savez-vous que le Morbihan est le seul département Français dont le nom est composé en langue régionale? 

                     En effet c’est du Breton !

Mor signifie Mer et Bihan veut dire Petite. Donc « Petite Mer » qui est l’allusion au golfe du Morbihan avec ses multiples îles et îlots.

Vers 16h45, nous prenons la direction de Loudéac en longeant le canal de Nantes à Brest, en faisant une halte au niveau des écluses. Nous quittons le Morbihan pour entrer en Côtes d’Armor.  

Nous nous retrouvons à l’hôtel restaurant Le France de Loudéac pour le dîner.

Il est a noter que notre cortège a été escorté par une entreprise de dépannage (MG  Dépannage de St Gonnery) qui avait mis à notre disposition un camion d’assistance.

Nous leur adressons nos sincères remerciements.

 Le Samedi 18 Septembre :

C’est sous un ciel incertain que nous nous retrouvons devant la mairie de La Prénessaye dans les Côtes d’Armor pour l’inauguration de la stèle érigée à la mémoire de René Panhard, fondateur de la marque automobile Panhard&Levassor. La municipalité a aménagé, face à la mairie, un magnifique espace Panhard .

Retraçons succinctement l’origine de la marque, c’est en 1886 que René Panhard et Emile Levassor s’associent pour fonder la société Panhard&Levassor. René Panhard, ingénieur en mécanique, est le financeur principal de la société et il réussit à convaincre son ami et  condisciple de Centrale, Emile Levassor à le rejoindre dans sa société en 1886. A eux deux, ils donneront un élan décisif à la naissance de l’industrie automobile. René Panhard avec sons sens des affaires, réussit à vendre des automobiles produites par sa société, ce qui devait être très compliqué pour des engins nouveaux, révolutionnaires à l’époque et qui n’avaient pas encore fait leurs preuves et Emile Levassor, travailleur acharné, innovateur et mécanicien de génie. Cette épopée prend son sens en 1891, c’est l’année du lancement de la première série automobile.

Nous sommes accueillis par Madame Le Maire, Isabelle Corouge. C’est dèjà en ce lieu qu’avait été placé un panneau informatif et commémoratif en 2019 qui précisait que les aïeux de la famille Panhard, étaient originaires de ce lieu en Centre Bretagne.

Après le dévoilement de la stèle par Madame Corouge et Robert Panhard, les allocutions successives saluèrent toutes l’attachement de cette région à la famille Panhard, région où la famille lignée Panhard est toujours présente.

Robert Panhard évoqua avec émotion l’attachement de la Bretagne à sa famille et salua cette stèle en granit du pays breton dédiée à la mémoire de son grand-père René, fondateur de la doyenne mondiale des marques automobiles.

 

Cette stèle en granit local a été réalisée au Lycée professionnel Jean Monnet de Quintin dans les Côtes d’Armor sous la direction du professeur de la section taille de pierre , Jean-Yves Savidan, par ailleurs meilleur ouvrier de France et le concours d’Antoine Kito, artiste sculpteur bien connu entre autre pour ses sculptures monumentales de « la vallée des saints ». Les élèves de la section taille de pierre ont ainsi contribué à la mise en forme de cette stèle en granit bleu et rose pour le socle.

Ce sont nos adhérents et la Fédération des Clubs Panhard&Levassor  qui ont financé cette oeuvre par leurs dons, leurs cotisations.           Nous les en remercions une nouvelle fois.

N’hésitez pas à aller visiter le site internet de la vallée des saints , vous serez époustouflés !                            https://www.lavalléedessaints.com

La municipalité nous conviait ensuite au vin d’honneur où les personnalités locales, la famille Panhard, les habitants de La Prénessaye et les panhardistes eurent le loisir de faire connaissance. C’est après ce vin d’honneur très légèrement humidifié par un timide crachin passager que nous passons en salle pour le repas dans un bon esprit de convivialité.

DSC_0098

L’après-repas sera consacré à la visite des différentes expositions et activités proposées.

En extérieur :

-Les promenades en car qui eurent un très grand succès auprès du public d’autant plus que le samedi après midi, il emmenait les visiteurs sur les traces d’Yves Penhart avec un guide local, Roland Guérin, généalogiste loudéacien patenté de la famille Panhard. Les témoignages de ces promenades ne manquent pas sur les différents récits qui ont paru depuis.

-Les sensations offertes au public dans le testochoc , équipement qui simulait des freinages brutaux et des collisions. Ceete animation était offerte par Groupama.

-Le stand de sécurité routière des Côtes d’Armor qui était présent pour sensibiliser le public aux dangers de l’alcool, des substances addictives et aux divers distracteurs lorsqu’on est au volant.

-Le parc d’oeuvres naives de Francis Gauthier situé à quelques pas de la mairie, c’est un ensemble de sculptures étonnantes qui font penser au palais idéal du Facteur Cheval et si vous aviez la chance d’avoir Francis comme guide, la visite prend alors une autre dimension.

-Les très nombreuses voitures Panhard garées sur les parkings et pour commencer la 24 à moteur 4 cylindres de Francis Augnet. Ce moteur conçu, mis au point et monté dans une carosserie d’origine sans modifications extérieures fit entendre son chant rageur d’impatience à manger des kilomètres ! 

Evidemment, les regards ne savaient où se tourner tant ces magnifiques carosseries qui nous faisaient de l’oeil. Notons en particulier les deux voitures Suédoises une Dyna X et une dyna Z, les 24 venues de Belgique avec leurs plaques d’immatriculation très particulières, la Dyna Z Anglaise et le dérivé Cabriolet Dyna X venu des Pays Bas.

En intérieur :

-L’exposition en 80 panneaux de l’histoire de la firme Panhard&Levassor .                         Ces panneaux  ont été réalisés par l’association « Histoire et ¨Patrimoine » de Marolles-En-Hurepoix( Emile Levassor est un enfant de Marolles) présidée par Mr Jacques Bardet. Cette association nous a fait un magnifique geste en nous prêtant ces panneaux pour les 130 ans de Panhard en Bretagne. Monsieur Bardet était d’ailleurs présent et proposait à la vente l’ouvrage intitulé « l’épopée de l’automobile » qui synthétise les 80 panneaux.

-Les vieux panneaux routiers prêtés par le musée des Pont et Chaussée de Guily dans l’Indre. Cette exposition tombait à pic puisqu’en 2021 , c’était le centenaire du code de la route. Lors d’un passage éventuel dans l’Indre, n’hésitez pas, ce musée est digne d’intérêt et encore plus pour les automobilistes.

-5 véhicules d’exception étaient également exposés dans la salle polyvalente.

La barquette DB-Panhard qui a participé au Mans en 1955 de François Ravary et Philippe 

Le très beau et très rare coach DB Frua de Dominique Dandrimont

Le DB monomill de 1954 de Charly Rampal

Une X21 DE 1914 à restaurer de David Lemarchand

L’unique et magnifique dérivé Panhard construit sur une base de Dyna X par Monsieur Emile Boré ( Carosserie en aluminium).  Cette voiture est restaurée par Stéphane Droulers.

– Quelques très belles sculptures en granit, bois et bronze d’Antoine Kito (Sculpteur reconnu internationalement et résident en Côtes d’Armor.

-Le véhicule « City Joule 2 » de l’association Polyjoule de Nantes. Ce monoplace est une bête de concours en terme de sobriété et en terme de palmarès. Cette association tournée vers l’avenir de l’énergie nous présentait cet engin propulsé par une pile à combustible, recordman du monde en 2013 pour la distance de 1311 km avec l’équivalent d’1 litre d’essence. La couleur et l’aérodynamisme de ce véhicule est inspiré par la voiture CD Panhard. Quatre élèves ingénieurs étaient là pour répondre aux interrogations.

DB Frua de Dominique
La Boré de Stéphane
Barquette Le Mans 55
X21 de 1914
City Joule
La Monomill de Charly

Dimanche 19 septembre :


 En ce beau matin et sous le soleil , tous les véhicules anciens invités et les véhicules Panhard  sont rangés sur le grand parking à Querrien sur la commune de La Prénessaye. C’est dans ce bel écrin qu’est l’unique sanctuaire marial de Bretagne que le père Nicole nous accueille. 

Après un instant de recueillement, toutes les voitures en file indienne sont bénies par le Père Abbé. Les automobilistes avaient le loisir de visiter la Chapelle Notre Dame de toute aide, de prendre connaissance de l’histoire du lieu et de visiter la petite exposition que nous avions préparées sur le thème du clergé et de l’automobile. Evidemment, nous avons choisi arbitrairement de mettre à l’honneur L’abbé  Gavois et sa chère Antoinette qui est devenue monument historique.

 

Après une promenade en forêt de Loudéac, nous revenons sur le site de La Prénessaye où après le déjeuner, l’exposition est de nouveau accessible au public. Bertrand Hervouet continue à envoyer les gens en promenade dans le bus de l’AMTUIR toute l’après-midi, il décide même de raccoucir le trajet afin de pouvoir offrir à un maximum de personnes, la promenade dans ce car qui les replonge dans leurs années d’écoliers. Cette promenade obtient un succès fou et dans le car c’est à chaque tour, une ambiance joyeuse, bruyante et souriante au retour pour tous les passagers.

Dans la salle Jean Paul César et Hugues Dannenmuller proposent aux panhardistes leurs inventions et leurs productions pendant que Jacques Bardet continue à proposer le très bel ouvrage de son association, Histoire&Patrimoine de Marolle-En-Hurepoix, « René Panhard et Emile Levassor -L’épopée de l’automobile »

 

Nous profitons de ce récit pour rendre hommage à l’entreprise de dépannage-remorquage SARL Le Galery-MG Dépannage de St Gonnery qui nous a assisté au cours de ces journées et à la solidarité de nos camarades Panhardistes , Jean Marc et David, qui ont dépanné le DB Le Mans de Denis Rousseau. Merci les gars, vous êtes admirables !